Amel Achour Benallegue

Artiste plasticienne

Collection "Insane"

La collection "Insane" comprend une série de peintures et de sculptures représentant une image de l’humain dans sa nature culturelle et sociale. "Insane", un mot multilingue portant plusieurs sens qui une fois entremêlés révèlent si bien la thématique exprimée. En arabe "Insane" signifie humain, en français ça renvoie à la caractéristique de ce qui est contraire au bon sens, en anglais ça indique la folie - sens limitrophe de son voisin français. Une alchimie linguistique qui donne à l'expression artistique tout son sens. "Insane" est né lorsque la première peinture Insane 1 a enclenché le processus de transformation de l’anatomie humaine en un ensemble d’objets inertes hétéroclites. La métamorphose de l’homme continue dans la série et aboutit à une composition d’un personnage-sac, une représentation d'une facette de l’individu social et culturel. Une facette qui interroge l'antagonisme du contenant vs contenu. La représentation de l’Homme par un ensemble de contenants (sacs) est mise en liaison avec un objet externe (contenu ?) : le livre. Le livre pourrait évoquer un contenu intellectuel, culturel, moral, une richesse intérieure, ou même à l'inverse un contenu fallacieux, un vide masqué... La composition suggère une opposition ambigüe qui laisse entrevoir une dialectique entre les deux composantes : l’homme-contenant et le livre-contenu.
Insane A travers les Insanes sculptés, le personnage-sac prend naissance dans un espace tridimensionnel. Sa structure est construite à partir de fil de fer recouvert ou non de fil de laine et/ou de cuir. Cette structure est habillée par moment par des morceaux de tissu, tissage ou tricot, ou encore par des sacs réalisés entièrement. Certaines parties du volume du sac sont nues donnant ainsi naissance à un jeu de vide et de plein accentuant davantage la symbolique du thème de la série "Insane".

Installation "Ames suspendues"

Installation réalisée sur la base du style artistique de Gustave Klimt (peintre autrichien du 19e/20e siècle). Dans cette installation, deux principaux éléments participent en tant que références aux peintures de Klimt. L'emprunt des motifs et symboles décoratifs redondants chez le peintre constitue la principale référence. Ce renvoi décoratif est accompagné d'une autre référence plus thématique et conceptuelle qui est celle de la représentation de la femme, très présente dans les peintures de Klimt.
Au delà de sa dimension référentielle aux peintures de Klimt, Ames suspendues, est une installation qui représente un état d’entre deux. Un état psychique et une situation relationnelle de l’artiste créant une œuvre pour le public et ne voulant pas l’exposer. Cette œuvre à travers laquelle l’artiste communique une partie de lui-même. C’est l’œuvre timide et presque honteuse du fait d’être mise à découvert face au regard du monde.Ames suspendues Une œuvre où l’"âme" est tiraillée entre deux maux : cette envie de sociabilité et en même temps de misanthropie. " […] la sociabilité de chacun est inversement proportionnelle à sa valeur, et dire de quelqu'un qu'il est sauvage signifie déjà, presque : c'est un homme de qualité. On n'a donc d'autre choix dans ce monde qu'entre la solitude et la vulgarité." Arthur Schopenhauer, Parerga et Paralipomena.

Installation "Oriented Object Africa"

L’installation est une représentation de l’Afrique. La composition est pensée comme un réseau d’informations balayant plusieurs unités, et cela suivant le schéma conceptuel des représentations informatiques des systèmes d’information. Oriented Object Africa Dans les schémas informatiques une réalité est représentée comme étant un système complexe décomposé en un ensemble de composés plus simples reliés les uns aux autres par des relations logiques.
De même et d’où le titre "Oriented Object Africa" (Afrique orientée objet), cette installation représente des éléments de natures différentes reliés entre eux par des lignes métalliques, des cordes et des fils. Des cadres métalliques, des galets et des toiles imbriquées incarnent les fragments sublimés de l'Afrique. Une Afrique décousue tout en étant connectée, une Afrique riche tout en étant simple, bref une Afrique complexe modélisée par une œuvre d'art. Les toiles, peintes des deux côtés (huile et acrylique), donnent à l'œuvre un double visage, un visage rayonnant par ses couleurs et un visage de terre d'ombre brûlée.